Une violation intellectuelle insupportable et malsaine

Publié le par Yohan DRIAN

LOGO 2010

 

Avec son rappel incessant depuis le début des débats au parlement sur la « Mariage pour tous », qu’il a été élevé par deux femmes et qu’il est de fait un témoin de vivre sans un père, on aurait pu trouver Henri Guaino sympathique tant son témoignage incite à penser par défaut qu’il aurait été le fils d’un couple lesbien. Mais la réalité est toute autre… Il a été élevé par sa mère et sa grand-mère (n’ayant jamais connu son père), il joue sur les mots pour étayer son témoignage. Hors chacun peut comprendre aisément que vivre sans son père - comme beaucoup d’enfants - est bien différent que d’être élevé par un couple lesbien.

 

En laissant un tel flou dans ses propos, Henri Guaino se livre à une « violation intellectuelle insupportable et malsaine » pour distiller un discours de rejet envers les homosexuels,  à destination de quiconque n’irai pas creuser d’avantage pour savoir ce qu’il y a derrière les mots, en sous-entendant une réalité qui n’est pas. Cette attitude masque tout au plus sa souffrance personnelle d’absence d’un père, ce qui ne signifie nullement qu’il faut en faire une généralité !

A chacun son histoire ! Certains enfants ne connaissant pas leur père l’ont très bien vécu.

 

Nous pouvons toutefois lui accorder une vérité dans son discours fleuve ; si la PMA est effectivement au projet de loi sur la famille (qui sera débattu en Mars), la Gestation pour autrui en est la suite logique. La circulaire de Christiane Taubira, ministre de la Justice, envoyée  aux magistrats pour leur demander de délivrer des certificats de nationalité française (CNF) aux enfants nés à l’étranger d’un père français et d’une mère porteuse, en est effectivement une première étape symbolique à laquelle Alter Egaux est sensible et favorable.

Il y aurait-il d’autres dissimulations de la part de l’opposition. Le cas de Xavier Bongibault, militant des jeunes UMP assumé et fondateur du collectif « Plus Gay sans mariage » en Juillet 2012, nous interpelle. Cette structure ressemble plus à une coquille vide qu’à autre chose (Site web quasi vide… Juste une présence aux manifestations anti mariage) car si collectif il y a, qu’elles en sont les structures qui le compose ?

On aurait aimé voir une opposition constructive à l’image de la Droite Espagnole (qui n’a pas abrogé la loi) ou à l’image de la Droite Portugaise qui n’a pas appliqué son droit de véto. Au moins Rachida Dati reconnaît sur BFMTV ce 24 Janvier « que c’est très difficile d’abroger, parce que, qu’est-ce que l’on fait des gens qui ont été mariés, ça va être compliqué », donc la droite n’abrogera pas la loi, alors autant y participer sereinement dans une démarche d’unité plutôt que de jouer sur les peurs pour créer la division. La Droite française s’y grandirait.

Fidèles à notre tradition de club de réflexion, nous appelons simplement chacun à vérifier les propos, les contextes et réalités à partir desquels se posent les arguments pour ou contre ce projet de loi avant de se faire un avis. Car comme le dit l’adage « un homme averti en vaut deux ».

 

Yohan DRIAN

Vice-Président du Club Alter Egaux

3) Une violation intellectuelle insupportable du 30.01.13

Publié dans Alter Egaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article