Seul le devoir nous rendra libre selon Dominique De Villepin

Publié le par Yohan DRIAN

http://www.2villepin.fr/wp-content/uploads/2012/02/Seul-le-devoir.jpgBonjour à toutes et tous, aujourd'hui je vais vous faire part de mon ressenti à la lecture du livre "Seul le devoir nous rendra libre" de Dominique De Villepin.

Tout d'abord, je l'ai acheté 48h avant son annonce de retrait de la Présidentielle, l'ayant acheté, j'ai décidé d'utiliser à bon escient ces quelques maigres euros dépensés. Ce fut un choix judicieux car ce livre est très éclairant sur le positionnement de l'auteur depuis son départ de l'UMP. Ce livre commence par une présentation de l'homme, en oubliant le politique, ce qui est très intéressant. Il y expose les valeurs qui fondent son engagement politique et pour être honnête, j'ai trouvé en ces pages de très nombreuses similitudes entre l'auteur et moi même (et franchement j'étais loin d'imaginer un tel parcours pour un homme si brillant).

Tous deux nous n'avons jamais été premier de la classe mais nous avons des capacités intellectuelles inexploitées, plus par volonté (car le travail imposé nous indiffère) car par incapacité, jusqu'au déclic qui nous a donné envie d'étudier. Tous deux étions promis aux voies de garages de l'éducation punitive car nos maîtres considéraient qu'au vu de notre niveau scolaire nous serions condamné à de petit rôles dans la société... Lui a brillamment réussi et moi je reste plein d'espoir et de volonté (je n'aspire pas franchement à la même carrière, mais un rôle politique même mineur m'a toujours intéressé et il n'y a aucune raison de mentir sur cette ambition).

Autre point commun, celui de ce rejet du conformisme, de la détestation de ce qui s'épanouit, de ce qui réussit, de ce conformisme des militants de gauche avec leur seul souci d'être intellectuellement conforme à la doctrine. Depuis mon entrée en politique j'ai toujours refuser d'assister à quelque section de formation que ce soit et à quelque obligation de lecture pour être considérer comme un interlocuteur valable et capable d'assurer le débat... Je n'ai pas changé sur ce point et ne changerai jamais. Cette liberté intellectuelle j'y tiens et je la défendrai.

Dernier point, cet engagement politique motivé par l'indignation face à la misère qui touche les plus démunis (lui au Vénézuela, moi au coeur de nos cités), en étant engagé mais non courtisans en ne nous posant pas la question de ce que veux le pouvoir, mais ce qui est de l'intérêt général. Avec au final cette question de prendre un poste électif avant toute chose pour quoi faire ? Dès lors que la mission est claire et définie, nous sommes tous deux en mesure d'assumer les responsabilités confiées, avec seule satisfaction, celle du devoir accompli.

Fin de l'identification, analysons le livre en lui même.


Faire face à la crise,

Pour y faire face, Dominique de Villepin propose de s'attaquer aux trois problèmes majeurs qui selon lui, créent cette situation de crise :

La dette qui avant tout résulte de la lâcheté de partis d'accommodements et de petits arrangements clientélistes qui nous mène aujourd'hui à une dette de 30 000 €/habitants. "En 2012, le Président aura un mandat impératif. Réduire la dette  publique. Conduire la nation vers l'équilibre des comptes publics. Augmenter les impôts et réduire la dépense. Ne croyez pas ceux qui vous diront qu'ils pourront faire l'un sans l'autre" [page 37]

Le chômage de masse dont la France s'est accommodé depuis 30 ans. Avant c'était CDI, emploi à vie et retraite à taux plein ; aujourd'hui c'est réinsertion, chômage et précarité. Selon Dominique De Villepin tout n'a pas été essayé, où seulement ce qui restait dans les bornes. il faut changer en profondeur le cadre de réflexion.

Le manque de compétitivité, qui pourtant avec 39 des 500 plus grandes sociétés mondiales (plus que l'Angleterre et l'Allemagne) nous fait disposer de leaders mondiaux dans de nombreux domaines et secteurs. Nous véritables concurrents sont ceux qui comme l'Allemagne, la Suède ou l'Italie vendent mieux que nous à l'étranger alors qu'ils subissent les mêmes contraintes, mais nous préférons accuser la Chine et l'Asie en général pour des délocalisation de production à bas coût face auquel la concurrence est impossible, plutôt que de défendre le moyen et haute gamme que produisent et vendent largement nos voisins européen. 

La solution se trouve dans une stratégie industrielle inscrit sur la qualité, sur la montée de gamme et sur l'innovation. C'est donc vers la spécialisation sur des produits plus complexes, à haute valeur ajoutée que nous pourrons maintenir une activité durable.


Du devoir de ne pas rester à rien faire

Créer plus de richesses afin de voir la situation de chacun s'améliorer en passant à 37h de travail payées 37, ce qui augmentera le pouvoir d'achat et créera de fait une augmentation du niveau de vie de chacun.

Augmenter les impôts pour les grandes entreprises qui doivent payer autant que les PME, afin de participer équitablement au redressement des finances publiques.

Augmenter la tranche supérieure de l'impôt sur le revenu, pour porter le cumul avec la CSG à 60%, et création d'un impôt symbolique auquel tous contribueront.

Baisse des dépenses de l'état et politique visant à freiner l'augmentation des dépenses maladie.

Mettre fin aux affrontements dans un but d'union nationale : gouvernement unissant gauche et droite ouvert à des personnalités civiles, fin des affrontements entre dirigeants et salariés en mettant en place la cogestion dans les entreprises, sièges aux conseils d'administration des entreprises pour 1/3 en les réservant aux syndicats, loi limitant les écarts de salaires dans l'entreprise.

Proportionnelle au parlement.

De nombreuses réformes à faire : Politique en faveur du logement, Réforme de la santé, refondation complète de notre système scolaire dès 3 ans et jusqu'à l'Université, réforme en profondeur de l'état et de notre République.

Création de 10 ministères et 8 grandes Régions Métropilitaines.

Politique en faveur de la baisse des charges sur le travaiul et en faveur des PME.

Création d'un conseil National stratégique afin de piloter les stratégies des filières de compétitivité internationales dans lesquelles la France est leader (aéronotique, énergie, transport, agroalimentaire,recherche médicale...), dans un second temps définir les pôles communs à ces industries (transition énergétique, croissance verte...) et enfin, piloter l'ensemble des pôles de compétitivité en définissant ce que l'état peut faire en fonction de leurs résultats et de leurs besoins.

Fondre toutes les aides sociales en un revenu citoyen, afin de rendre ces dernières simples, lisibles et permettre un meilleur contrôle, donc une politique plus forte contre les fraudes et fausses déclarations.

Rendre obligatoire le vote et redonner tout son sens au mot citoyen.

 

En conclusion

Un livre vite écrit qui rend la plume de Dominique de Villepin moins pertinente, amis qui permet de faire connaître mieux les positions de l'homme et de son mouvement République Solidaire.

Commenter cet article