Ras le bol des sondages de valeurs

Publié le par Yohan DRIAN

Un Français sur deux (51%) se dit favorable à l'adoption pour les couples homosexuels, indique un sondage Ifop pour Femme actuelle et Enfant magazinepublié ce lundi.

En 2005, 46% des Français y étaient favorables, est-il rappelé. L'adoption homoparentale est rejetée par la majorité des personnes âgées de 50 ans et plus (59%) mais aussi des catholiques, qu'ils soient pratiquants réguliers (78%) pratiquants occasionnels (65%) ou non pratiquants (52%).

Petit rappel à la République

Il est des moments où certaines attitudes sont choquantes. Il est temps d'affirmer et de rappeler que la République Française, prétendument Laïque, maintien une discrimination légale de ces citoyens au nom de valeurs judéo-chrétiennes conservatrices, en interdisant aux cellules familiales homosexuelles (mais aussi monoparentales, ne les oublions pas), d'avoir accès aux mêmes droits et aux mêmes protections de leur famille, et les problèmes liés au mariage et à l'adoption ne sont que les sommets de l'ceberg. C'est un véritavle scandale.

Que la société évolue positivement sur ces sujet est certes intéressant et rassurant, mais là encore c'est une attitude choquante. Qu'est-ce qu'on en a à foutre de savoir les jugements de valeurs que portent nos voisins sur notre style de vie (quel qu'il soit!) ?

Pour ce qui est des valeurs à défendre

La République Laïque, doit garantir à l'ensemble de ces citoyens une égalité stricte des droits et des devoirs. Voilà sur quoi doit reposer l'évolution législative de notre pays.

Il est grand temps que notre République revienne à ses fondements et à son rôle qui consiste de mettre en place la structure législative qui cadre le vivre ensemble, dans le respect de ses valeurs humanistes et laïques. La République n'a pas pour mission de porter un jugement de valeurs sur les choix de vie de ces citoyens, mais en tant que mère bienveillante, elle doit offrir un cadre légal qui permet à chacun d'avoir accès aux mêmes protections, et ce quelque ses soit.

Commenter cet article