Mais quand va t-on foutre la paix aux musulmans ?

Publié le par Yohan DRIAN

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRwMnwy-zSXpWl5UB1iiljyDZgg5mSdXF5xU1Mr_s62U3f0Uq0bBonjour à toutes et tous, aujourd'hui je vais prendre la plume pour dénoncer une attitude inacceptable de stigmatisation systématique des musulmans qui commence à sérieusement me mettre dans une colère noire !

Les polémiques sur le halal se suivent et se ressemblent entre le FN et l'UMP, ce sont des attaques indignes, inacceptables, inexcusables et contraire au principe même de la laïcité et à la liberté de conscience et de choix.

Le problème de l'encadrement de l'abattage halal

Il est vrai que sur certains secteurs géographiques, trouver un abattoir traditionnel deviens difficile, mais comme il n'existe aucune carte d'implantation nationale, les abattoirs où les besoins en viande halal sont conséquent, se concentrent naturellement sur un même secteur. Le problème étant, c'est que certains éleveurs se trouvent par conséquent à des distances de plus en plus éloignées d'un abattoir traditionnel et sont soit contraint de transformer leur viande selon le rite halal, soit obligé de faire des dizaines voir des centaines de kilomètre pour faire abattre la viande. résultat, hausse du coup de la viande à cause des coûts de transports.

Comme je l'avais déjà dénoncé, ce n'est pas parce que sur un secteur géographique précis la concentration musulmane est forte, que ce qui fait la spécificité française (boucherie, abattoirs, achat et consommation d'alcool...) soient bannis du secteur. la France est plurielle et mixte les cultures, nous ne devons pas accepter la suppression de l'un au bénéfice de l'autre. Non au communautarisme, oui à l'échange des cultures.

Pour régler se problème de distance, un abattoir minimum par département devrais garantir un abattage traditionnel sur simple demande des éleveurs, même s'il fait du halal le reste de l'année. Ce n'est pas d'abattoir d'état où gérés par les collectivités locales dont nous avons besoin. Nous devons laisser la liberté des abattoirs de choisir leurs méthodes, mais elles doivent être déclarées, connues et répertoriées. On doit juste y ajouter une mission de service public en s'arrangeant pour que chaque éleveurs soient à - de 50 km d'un abattoir traditionnel. Après, que le halal deviennent une grande production, si la demande est effective en face, la liberté de commerce existe et chacun et libre des choix stratégiques de son entreprises.

Le hallal, symbole de xénophobie

Tout le monde critique le halal, sans bien souvent savoir de quoi il s'agit. Soyons clair, c'est une méthode d'abattage rituel de la viande, selon les préceptes de l'Islam. La viande en question n'a aucune autre particularité, vu que les éleveurs apportent leur viande aux abattoirs, c'est la méthode de production qui change. Donc pas de garantie spéciale de qualité, juste une garantie de respect de croyances religieuses. Certains la trouve meilleure, d'autres non. Mais une chose est sûr, c'est que pour des raisons de transparence, le consommateur doit être informé de choix d'abattage. Il n'y a là aucune polémique à en retirer, juste une volonté de clarté dans l'information. 

Il m'arrive de manger hallal, et pour dire vrai ça ne me dérange pas le moins du monde, mais j'aime savoir ce que je mange et quand je fais le choix de le faire.

Ce qui m'étonne le plus, c'est que tout le monde tombe à bras raccourci sur le halal, alors que la viande casher (qui correspond au même type d'abattage rituel, mais pour les juifs), personne n'a rien à redire alors que le problème est exactement le même. Faut-il y voir une sorte de lâcheté ? Une sorte de non-dit entretenu volontairement par sentiment de culpabilité à cause du drame de la seconde guerre mondiale ? Car en réalité si l'on disait ne serait-ce qu'un dixième sur les juifs de ce qui est dit sur les musulmans, tout le monde vous insulterait de nazi !

C'est pourquoi je le dénonce aujourd'hui, une fois de plus, en encourageant tout le monde à être respectueux des croyances de chacun, de leurs convictions religieuses, le tout dans le respect le la liberté de conscience. Les dérives que l'on connais actuellement sont le terreau de tous les extrêmismes et si l'on continue comme ça, c'est une guerre de civilisation qui nous attends comme ce fut les cas entre chrétien et juifs au XX° Siècle. Ne faisons pas du XXI° Siècle celui de la guerre Judéo-Chrétienne contre les Musulmans ! Assez des attentas, assez du manque de tolérance et de méfiance mutuelle. Faisons tous ce qui est en notre pouvoir pour que les Musulmans d'aujourd'hui ne deviennent pas les Juifs d'hier.

Publié dans Laïcité & Religions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article