Mais à quoi joue Fillon ?

Publié le par Yohan DRIAN

http://www.militer-pour-fillon.com/hosting/a/admin/images/francois-fillon-leserieux-rassembleur.jpgAu vu du bordel permanent à l'UMP depuis les élections du nouveau Président... Tout fout le camp ! Alors faisons le bilan.

 

Aux dernières nouvelles, la desormais fameuse COCOE (La commission d'organisation et de contrôle des opérations électorales) a donnée son jugement et rendue ses résultats, que les représentants des deux camps ont signés et validés d'un commun accord.


Ensuite François Fillon annonce qu'il ne fera pas appel, mais 2 jours après, après avoir relevé l'oubli de 3 départements, le conflit s'envenime de plus bel. Mais c'est là que les déclarations contradictoires s'ensuivent... François Fillon veut que la COCOE valide l'erreur est proclame sa victoire, tout en annonçant qu'en l'état il ne souhaitait pas la Présidence (en somme il veut juste virer Copé). Le tout bien sûr en souhaitant que soit constitué une «instance collégiale» comportant notamment un représentant de chaque camp, parlant même de saisir la justice, en affirmant n'avoir aucune confiance en tout autre recours, et en particulier en la commission nationale des recours de l'UMP, instance interne chargée de trancher les litiges électoraux, qui a été saisie par Jean-François Copé.

 

De toute façon quelle majorité entour Fillon ?

Au terme des résultats des courants et selon les chiffres de la désormais célèbre Cocoe, qui a validé l'élection, la Droite forte a recueilli 27,8% des voix, devant la Droite sociale du filloniste Laurent Wauquiez (21,7%) et les Humanistes de Jean-Pierre Raffarin (18,1%), les Gaullistes (12,3%) et la Droite populaire (10,8%). Selon le règlement, la dernière motion, la Boîte à idées, avec 9,2% des voix, n'est pas reconnue, faute d'avoir obtenu 10% des votants. Les cinq autres motions recevront des moyens financiers et des postes dans les instances dirigeantes du parti. De toute façon Copé dispose de potentiellement 47.8% des voix (si l'on additionne la Droite forte, la Droite populaire et la Boîte à idées) et Fillon 40.5% des voix (si l'on additionne la Droite sociale et les Humanistes), les Gaullistes se rangeant de fait derrière le Président élu selon la COCOE... Copé gagne le match de toute façon car il dispose déjà de la majorité dans les instances dirigeantes.

Alors même si les résultats sont invalidés, François Fillon n'aura pas la majorité pour gouverner. Comment peut on souhaiter une Présidence alors que l'on a pas la majorité ? Que  l'on dispose de si peu d'alliés pour faire passer son programme ? Et que l'on aura pas les voix suffisantes pour faire valider les choix de sa politique interne.

 

Là où est le pire dans cette histoire...

Comment peut-on en arriver là, si ce n'est qu'au travers d'une guerre d'égo surdimensionnée ? Mais pire que tout, comment peut-on si peu tenir compte du vote des militants qui placent Copé devant avec 6% d'avance au regard du résultat de son courant... et quoi de plus logique que d'avoir comme Président, la personnalité dont le programme est arrivé en tête.

Comment peux t-on s'engager dans une campagne Présidentielle au sein de son propre parti tout en affirmant que l'on a aucune confiance en ses commissions de contrôle des procédures électorales ?

Bref, au regard de l'attitude de François Fillon et de la campagne de délation permanente entre les deux camps, aucun Président n'est fortement légitimé, mais c'est Fillon qui y perd le plus... car non seulement il a fortement dégradé son image d'homme posé mais, même si les résultats étaient inversés, alors qu'il affirme ne vouloir ni la Présidence, ni avoir confiance dans les instances du parti... comment pourrait-il Présider sereinement, unir le parti derrière lui et apaiser les tensions ?

Publié dans Electron Libre

Commenter cet article