Le Honduras s'apprête à interdire la contraception d'urgence

Publié le par Yohan DRIAN

http://hondurashumanrights.files.wordpress.com/2012/02/honduras_derechosmujeres.jpgLe Honduras est en passe de devenir le seul pays au monde à ériger en infraction l'utilisation et la distribution de la pilule contraceptive d'urgence. La Cour suprême a, en effet, statué que cela n'était pas anticonstitutionnel. Les femmes et les filles qui ont été victimes de viol ou dont le contraceptif n'a pas fonctionné n'auront plus accès à une contraception d'urgence . Les droits fondamentaux des femmes et des filles honduriennes sont menacés.

Le 1er février, la Cour suprême hondurienne a confirmé un décret prévoyant l'interdiction absolue de la contraception d'urgence. En mai 2009, le président de la République avait exercé son droit de véto contre ce texte, qu'il jugeait contraire à la Constitution. La Cour suprême a néanmoins statué qu'il n'était pas anticonstitutionnel et que le Congrès pouvait commencer à élaborer des lois visant à appliquer l'interdiction de la pilule contraceptive d'urgence (parfois appelée «pilule du lendemain ») au motif que les juges la considéraient comme « abortive ».

Pourtant, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS), entre autres organes spécialisés, ont clairement indiqué que la pilule contraceptive d'urgence n'était pas abortive : elle empêche simplement les spermatozoïdes d'atteindre l'ovule et de le féconder.

L'accès à la contraception d'urgence peut être déterminant dans la prévention des grossesses non désirées. Si le recours à la pilule contraceptive d'urgence et sa distribution se trouvent érigés en infraction, les conséquences seront désastreuses pour les femmes et les filles. Les victimes de viol, par exemple, ne pourront plus éviter une grossesse et ainsi limiter les conséquences éventuelles de ce crime. Par ailleurs, l'interdiction de la pilule contraceptive d'urgence priverait les femmes et les filles d'une solution de remplacement en cas d'échec des autres moyens.

Publié dans Affaires Etrangères

Commenter cet article