De la questions de l'attribution de logement sociaux

Publié le par Yohan DRIAN

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRmTQfPA6O3OtEZh_TfttxFj7h9LD8bPcEyqSMNV9kOVfuhywGvBonjour à toutes et tous, aujourd'hui je vais aborder la question de l'attribution des logements sociaux. Après la revue de presse de ce matin qui revient largement sur le coup de gueule d'Audrey Pulvar contre Laurent Wauquiez sur sa proposition de "la droite sociale" de rendre prioritaire l'accès aux logements sociaux à ceux qui ont un travail, j'ai visionné l'émission "On est pas couché" en replay, puis j'ai décidé de prendre la plume, pour donner mon point de vue sur la question.


De quoi parle t-on ?

Laurent Wauquiez défend en effet que les travailleurs, passent nombres d'heures dans les transports en communs, faute de trouver un logement à un prix abordable à proximité de leur lieu de travail, d'où la solution de rendre les logements HLM prioritaires aux travailleurs. Une solution que la gauche dénonce comme étant une mise en opposition des très pauvres aux pauvres, lui rétorquant globalement : où va t-on loger les très pauvres ?


Un raisonnement limité ?

Audrey Pulvar s'est emportée contre le ministre en lui objectant que c'était dramatique et s'est dite consternée parce que l'on oppose des pauvres à des moins pauvres.

Laurent Wauquiez lui défend l'idée qu'il convient de dénoncer le fait que donner "la priorité donnée soit systématiquement donnée à ceux qui ne travaillent pas par rapport à ceux qui travaillent [...] semble injuste [...] de temps en temps, il faudrait que l'on puisse équilibrer et qu'on n'oublie pas non plus la galère de celui qui bosse et qui chaque jours se tape énormément de temps de transport.


Le fond du sujet

S'arrêter à la seule analyse d'une opposition entre pauvres est malhonnête intellectuellement, car dans l'ensemble de ces propositions, Laurent Wauquiez a à coeur de repenser la solidarité et les priorités de cette dernière qui depuis des décennies marche au détriment des classes moyennes en supprimant de façon automatiques un certains nombres d'aides quand on reprend une activité salariée, après une période de chômage. Il n'y a rien de scandaleux à vouloir repenser le système afin de l'améliorer.


Un manque d'explication claire

Il me semble que Laurent Wauquiez manque de clarté dans l'explication de cette proposition, car un logement HLM n'est pas attribué sans étude d'un dossier.

Il aurait dû expliquer simplement que dans l'attribution de deux logements HLM entre deux bénéficiaires, l'un au centre ville et l'autre excentré, il convient de prendre en compte une priorité mise au bénéficiaire salarié qui exerce au centre ville sur le logement HLM du centre et de donner le logement excentré au bénéficiaire sans emploi.

Cela règle la question de la prétendue opposition entre les pauvres et les moins pauvres. Suis-je assez clair sur cette explication ? Il y a t-il quelque chose de choquant d'ajouter cette réflexion simple dans l'attribution des logements ? C'est une mesure simple et non coûteuse, qui aurait l'avantage de faire faire des économie au bénéficiare salarié en terme de transport, quand celui qui est sans emploi bénéficie lui de tarifs réduits.


Suis-je naïf dans mon analyse ?

En tout cas il me semble que c'est là la volonté de réforme souhaité dans cette mesure, on me dira que je suis sans doute naïf, mais je ne pense pas que le social est le seul apanage de la gauche et qu'il existe une droite sociale et humaniste, comme il existe une gauche conservatrice... les salauds ne sont pas que d'un seul coté à mon avis...

On verra si l'avenir me donne raison dans mon analyse si une telle mesure est effectivement appliquée un jour.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article