De la fermeture de l'usine d'Aulnay-sous-Bois

Publié le par Yohan DRIAN

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQVNkC8Y5g8CWd5rT2T9JrB_55y9CYy6DX6oJ5EZkB9hIl8x4B-x3hihgBnLa fermeture de l'usine d'Aulnay-sous -Bois n'est pas une surprise, et certains y dénoncent déjà là l'un des plans sociaux retardés pendant la Présidentielle pour ne pas porter préjudice à Nicolas Sarkozy... Mais l'affaire est bien plus complexe que cela.

Cela fait des décennies que nous avons à la tête des plus grosses sociétés nationales des dirigeants qui ne savent diriger que la performance de leurs profits, mais qui sont incapables d'élaborer et de mener une stratégie industrielle dans un secteur dont on sait depuis une dizaine d'année qu'il est soumis à une concurrence mondiale. PSA est un symbole du "pourvu que cela soit rentable" : tant que le % de rentabilité est au rdv, que les profits distribués ne baissent pas, on ne bouge pas ; aucun positionnement du groupe sur un segment (low cost ? haut de gamme ?...), contrairement à Renault-Nissan, Wolkswagen... Même si l'on sait que Citroên se place en meilleurs gamme que Peugeot... rien n'est flagrant dans les décisions comme dans les choix de production. On a eu de cesse d'agrandir les usines de multiplier les chaines de production pour multiplier les profits... jusqu'à arriver en surproduction... et aujourd'hui on nous dit désolé, l'usine n'est plus rentable elle coûte trop cher et les stocks ne s'écoulent pas !

Et encore l'autre symbole français qu'est Renault-Nissan ne s'en tire guère mieux... On a financé pendant des années une industrie en surcapacité... cela nous a coûte des milliards d'euros pas an... des milliards que chaque sociétés automobiles ont largement reversées aux actionnaires plutôt qu'à chercher à réformer leur chaines de productions où en "recherche et développement"... L'automobile n'est que le sommet de l'iceberg d'une industrie qui cherche à produire du low cost quand on sait pertinemment qu'on ne produira jamais au prix d'un chinois...

Plus qu'un manque de vision de l'industrie automobile, c'est une erreur majeure qui nous coûte chaque années nos emplois. Depuis des décennies l'état aurait du soutenir le moyen gamme (DOUX en faillite actuellement, DIM cette marque textile française revendue et délocalisée par les Américains et actuellement en vente ou encore d'autres symboles de perte industrielle comme ALSTOM) et le haut de gamme (le fameux luxe français qui relocalise de plus en plus ses productions, notamment la lingerie Assia lingerie à Lyon, Lingerie des Antilles ou encore Lise Charmel et que dire du sauvetage symbole des "Lejaby" reconverti de justesse) plutôt qu'a financer une industrie en déclin, qui le sait pertinemment et qui n'a consciemment rien fait... en se gavant au passage des subventions publiques !

La mission selon moi du Ministre de redressement productif, Arnaud Montebourg, devrait être de réformer complétement les subventions publiques aux industries, leur mode d'attribution, leur remboursement si les objectitfs incluant leur versement ne sont pas premplis, en y ajoutant une rétrocativité des 3 ans (comme c'est le cas pour la loi de révision de nos impôts). Mais au delà, il devrait promouvoir une aide de l'état à destination exclusive du moyen et haute gamme où le marché Français doit se placer, préserver les emplois actuel et y développer ceux de demain... ploutôt que d'engraisser des actionnaires low cost qui finiront tôt ou tard à délocalier pour réduire les seul cou^t de main d'oeuvre.

Bien que très pessimiste sur notre avenir industriel, j'ose espérer qu'un Ministère créé et consacré à la réforme industriel saura faire gagner le "made in France". Le temps des choix c'est maintenant !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article